Bachelier en

Médecine

  • Horaire
    Horaire de jour
  • Crédits ECTS
    180
  • Langue
    Français
  • Lieu
    Mons

Description

Les études de Médecine : une formation pour un projet de vie multifacette…
Devenir un expert dans le domaine de la santé

La formation de base en Médecine comporte deux cycles (le Bachelier et le Master, 6 ans). Cette formation conduira l’étudiant à devenir un expert dans le domaine de la santé, tant dans les aspects préventifs que diagnostiques ou thérapeutiques. Après cette formation de base, de nombreuses possibilités s’ouvriront à l’étudiant quant à son choix de carrière : une pratique hospitalière ou de ville, seul ou en équipe, en contact direct ou moins direct avec le patient (imagerie, laboratoire), en médecine curative ou non (médecine du travail, scolaire ou médico-légale), … A l’issue de sa formation de base, le Master de spécialisation permet alors à l’étudiant d’acquérir les connaissances et savoir-faire nécessaires à exercer dans le domaine de son choix.

Une formation générale en sciences de la vie, alliant connaissances scientifiques de pointe, aux compétences humaines et relationnelles de qualité

A l’UMONS, l’étudiant aura accès au premier cycle du cursus médical. Le Bachelier lui permettra d’acquérir une formation générale en sciences de la vie, à la croisée des « sciences dures » et des « sciences humaines ». Mettant l’étudiant au centre de son apprentissage, nos enseignants prêtent une attention particulière à permettre l’acquisition de connaissances scientifiques de pointe, mais aussi de compétences humaines et relationnelles de qualité.

Les travaux de groupes, les présentations ou les stages au contact du patient émaillent les 3 années du bachelier et favorisent l’acquisition de savoir-faire importants comme travailler en équipe, communiquer avec empathie ou encore se comporter dans le respect de l’autre et développer une réflexion éthique.

Les contacts fréquents avec les enseignants, mais aussi avec les assistants lors des nombreux travaux pratiques et avec la cellule pédagogique facultaire lors des activités de remédiation et de remise à niveau, permettent une transition progressive entre l’enseignement secondaire et l’acquisition d’une capacité d’apprentissage autonome, compétence indispensable à la formation continue tout au long de la future vie professionnelle.

L’examen d’entrée et d’accès

Seuls les étudiants ayant réussi l’examen d’entrée et d’accès peuvent s’inscrire au Bachelier en Médecine. Cela garantit la bonne maîtrise des acquis scientifiques de l’enseignement secondaire et permet d’aborder plus rapidement que par le passé les matières spécifiques au domaine de la santé.  Lien vers Tout savoir sur l’examen d’entrée

Un programme d’apprentissage, de l’homme normal, aux états pathologiques puis les maladies

Le Bachelier est divisé en 3 blocs (années) ou 6 quadrimestres. Les quatre premiers quadrimestres sont consacrés à la connaissance de “l’homme normal”, en passant de la molécule (biochimie, immunologie, génétique), aux tissus (histologie) à l’individu (physiologie, neurophysiologie) ; et de la structure (anatomie, embryologie) au fonctionnement (psychologie). Le quadrimestre 5 est dédié à l’introduction aux états pathologiques, dans leurs  différents aspects : moléculaire (biologie moléculaire du cancer, biochimie pathologique), tissulaire (anatomie pathologique), fonctionnel (physiopathologie, neurophysiopathologie) et clinique (sémiologie). Anciennement dispensé en Master (ex-doctorat), l’enseignement des maladies est maintenant abordé dès le quadrimestre 6 du bachelier. C’est en particulier vrai pour les affections cardio-circulatoires et les maladies respiratoires (médicale, chirurgicale et pédiatrique), ainsi que les maladies infectieuses.

Tout au long du bachelier, on trouve les enseignements qui visent directement à une compétence professionnelle et humaine de qualité. L’étudiant sera rapidement habitué à utiliser son sens critique et scientifique acquis au cours des enseignements théoriques de base dans des applications médicales (sociologie de la santé, apprentissage au raisonnement médical, épidémiologie clinique). Les aspects relationnels sont développés dans un cadre théorique lors des cours de psychologie ou d’introduction à la médecine générale, mais l’apprentissage dans ce domaine est renforcé par des travaux de groupe et des exposés répartis sur les 3 années. Un stage d’introduction à la pratique médicale leur permet également de percevoir les différentes facettes de la relation patient-soignant.

Enseignement et recherche

Riche de ses chercheurs internationalement reconnus, nos services de recherche et d’enseignement permettent de plus un apprentissage par la recherche à ceux qui le souhaitent et donnent accès au 3ème cycle (Doctorat).

Programme et structure

Le Bachelier est divisé en 3 blocs (années) ou 6 quadrimestres.

Comme mentionné précédemment, contrairement au cursus en sciences biomédicales ou en sciences pharmaceutiques, le cursus en Médecine ne reprend plus toutes les notions de base dans l’enseignement dispensé. L’examen d’entrée contraignant mis en place dès 2017, garantit que les compétences visées dans les programmes de sciences de l’enseignement secondaire ont bien été acquises par tous les étudiants admis au bachelier en Médecine.

Ceci permet aux enseignements d’aborder plus rapidement les matières spécifiques au domaine de la santé. Il n’y aura par exemple plus d’enseignement des mathématiques. Les notions principales vues en secondaire dans les sciences de base (biologie, physique et chimie) seront uniquement brièvement rappelées, au début des cours (unités d’enseignement) portant sur ces matières.

Des cours plus « médicaux » peuvent alors être introduits très rapidement, comme par exemple de la physiologie générale dès le premier quadrimestre de la première année d’études.

Quadrimestre 1, 2, 3 et 4 : l’essentiel de cette période est consacré à la connaissance de “l’homme normal”, en passant de la molécule (biochimie, immunologie, génétique), aux tissus (histologie) à l’individu (physiologie, neurophysiologie), et de la structure (anatomie, embryologie) au fonctionnement (psychologie).

Le quadrimestre 5 est dédié à l’introduction aux états pathologiques, dans leurs différents aspects : moléculaire (biologie moléculaire du cancer, biochimie pathologique), tissulaire (anatomie pathologique), fonctionnel (physiopathologie, neurophysiopathologie) et clinique (sémiologie).

Le quadrimestre 6 : Les maladies et leurs traitements étaient abordés en Master (anciennement appelé « doctorat »). Depuis la réduction à 6 ans de la durée des études de Médecine, l’enseignement de certaines pathologies est cependant abordé dès le dernier quadrimestre du bachelier. C’est en particulier vrai pour les affections cardiocirculatoires et respiratoires (médicale et chirurgicale), ainsi que les maladies infectieuses.

Tout au long du Bachelier, on trouve également des enseignements qui visent directement à une compétence professionnelle et humaine de qualité. L’étudiant sera rapidement habitué à utiliser son sens critique et scientifique acquis au cours des enseignements théoriques de base dans des applications médicales (sociologie de la santé, apprentissage au raisonnement médical, épidémiologie clinique). Les aspects relationnels sont très importants dans leur futur métier et ne sont pas oubliés. Ils sont développés dans un cadre théorique dans les cours de psychologie ou d’introduction à la médecine générale, mais l’apprentissage dans ce domaine est renforcé par des travaux de groupe et des exposés répartis sur les 3 années. Un stage d’introduction à la pratique médicale hospitalière leur permet également de percevoir les différentes facettes de la relation patient-soignant.

Répartition des crédits

  • Sciences de base
  • Etats pathologiques
  • Approche de la pratique médicale
  • Anglais

Opportunités

Avec le diplôme de Bachelier en Médecine, l’étudiant peut poursuivre sa formation médicale en Master dans l’université de son choix.

Acquis d'apprentissage

Au terme du Bachelier en Médecine, les étudiants seront capables :

  • de conduire un raisonnement avec la rigueur nécessaire en appliquant les connaissances de base (Bloc 1) dans les cours de la suite du cycle ;
  • de mettre en oeuvre des compétences transversales, à savoir : établir des liens entre les différents cours (anatomie, physiologie, biochimie et histologie), intégrer les connaissances de “l’homme normal” pour comprendre les situations pathologiques (physiopathologie), travailler en équipe ainsi que d’être capable de communiquer (oralement et par écrit).

Les étudiants maîtriseront parfaitement les connaissances relatives à “l’homme normal” et aux principes qui régissent le dysfonctionnement des organes.

Les étudiants aborderont les mécanismes impliqués dans certaines pathologies.

À propos de cette formation

Secteur
Santé
Domaine
Médecine

Contactez-nous pour obtenir de plus amples informations

Secrétariat des études
+32(0)65373503