Certificat d'Université en

Connaissances juridiques pour le traducteur et/ou l’interprète juré

  • Horaire
    Horaire décalé
  • Crédits ECTS
    10
  • Langue
    Français
  • Lieu
    Mons

Description

À l’issue de cette formation de 10 ECTS (48 heures de cours en présentiel, 9 samedis d’octobre 2019 à mars 2020), les participants seront capables de maîtriser les connaissances juridiques, terminologiques, déontologiques, ainsi que les compétences à la traduction/l’interprétation qui constituent les fondements de la profession de traducteur/interprète juré conformément aux exigences formulées par le SPF Justice dans l’Arrêté royal du 30 mars 2018 relatif aux formations juridiques pour cette profession.

Cette formation de 48h vise à dispenser les connaissances et compétences précisées dans l’AR du 30 mars 2018. Plus spécifiquement (voir programme de cours en annexe),

  • Vue d’ensemble du système juridique belge, organisation judiciaire, sources du droit, acteurs judiciaires ;
  • Droit de procédure civile et pénale, notions de droit pénal et civil
  • Terminologie juridique
  • Rôle et déontologie du traducteur/interprète juré dans les procédures judiciaires
  • Compétences en traduction/interprétation dans les procédures pénales et civiles
  • Frais de justice et tarification

Les cours en présentiel seront organisés sur une période de 6 mois (d’octobre à mars de l’année suivante) à horaire décalé (le samedi), en tenant compte de suffisamment de pauses entre les cours en présentiel pour permettre le travail individuel à domicile. Les contenus feront l’objet d’une évaluation écrite en avril.

Cette formation a reçu l’agrément de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES) de la Fédération Wallonie-Bruxelles et l’attestation de conformité avec l’Arrêté royal de mars 2018 relatif aux formations juridiques visées à l’article 25 de la loi du 10 avril 2014 et à l’article 991octies, 2°, du Code judiciaire octroyée par le SPF Justice.

Conditions d'accès

Master de traducteur, d’interprète, de linguiste, de philologue, de spécialiste en communication, ou Master dans le domaine du droit – Bachelier de traducteur, d’interprète, de linguiste, de philologue, de spécialiste en communication, ou Bachelier dans le domaine du droit mais pouvant justifier d’une expérience professionnelle et/ou personnelle utile – Sans titre d’accès mais pouvant justifier d’une expérience professionnelle et/ou personnelle utile.

 

Public cible

  • Tout traducteur ou interprète juré (TIJ) déjà actif et désireux de s’inscrire au Registre national des TIJ ;
  • Tout traducteur ou interprète, ou tout détenteur d’un diplôme du supérieur et/ou totalisant une expérience probante de 5 ans minimum en traduction/interprétation, désireux de se spécialiser en traduction/interprétation en milieu policier et pour les tribunaux et de s’inscrire au Registre national des TIJ.

Programme et structure

La formation s’articule en 48h de cours en présentiel (26h Théorie, 11h Exercices dirigés, 11h Travaux pratiques) et 260h de travail individuel.

Téléchargez le programme 2019-2020

Plan du campus de la plaine de Nimy

Trajet à pied Gare de MONS-UMONS Campus de la Plaine

Téléchargez l’horaire 2019-2020

 

Opportunités

La traduction et l’interprétation jurée fait l’objet d’efforts accrus en termes de professionnalisation et d’harmonisation des pratiques au niveau de l’Union Européenne depuis le début des années 2010.

Cadre légal :

Ces efforts de professionnalisation sont reflétés dans la directive européenne 2010/64/UE relative au droit à l’interprétation et à la traduction dans le cadre des procédures pénales. La traduction et l’interprétation doivent être d’une qualité suffisante pour garantir que les personnes concernées aient connaissance des faits qui leur sont reprochés et soient en mesure d’exercer leurs droits de défense. À cette fin, les pays de l’UE ont l’obligation d’établir un ou plusieurs registres de traducteurs et d’interprètes indépendants possédant les qualifications requises qui seront mis à la disposition des conseils juridiques et des autorités concernées. Cette directive a été transposée dans le droit national belge par la Loi du 10 avril 2014 visant à établir un registre national des traducteurs, interprètes et traducteurs-interprètes jurés (TIJ). L’Arrêté royal du 30 mars 2018 relatif aux formations juridiques visées à l’article 25 de la Loi du 10 avril 2014 et visées à l’article 991octies, 2°, du Code judiciaire précise ce qui est entendu par les connaissances juridiques de base jugées indispensables à l’exercice de la profession. Ces connaissances doivent être évaluées pour pouvoir prétendre à l’inscription au registre national des TIJ par le SPF Justice.

 

À propos de cette formation

Secteur
Sciences humaines et sociales
Domaine
Langues, lettres et traductologie
Droits d'inscription
580 €

Contactez-nous pour obtenir de plus amples informations

Emeline Jacquet
065/373601