Certificat d’Université

Master de spécialisation en Sciences du Langage

 

 

Actualités de l’institut

.

Early childhood space

This objective of this area, designed as a community laboratory, is to capture voice signals from very young children (from birth to compulsory education). It is a peaceful and attractive recreational space and is consistent with environments which foster exchanges between children and parents (conversations, games, reading, etc.). It has many invisible sensors, which record oral and gestural behaviours, which can then be analysed in a laboratory for research primarily devoted to the developmental factors of the communicative and linguistic proficiency of children.

Speech signal technology

Researchers at the Institute have developed internationally recognised expertise in the field of speech synthesis, such as the development of the MBROLA algorithm, which is now used worldwide. They exert their efforts in developing research on synthetic speech processes that can recognise, from the perspective of a human listener, all non-linguistic characteristics of natural speech, particularly emotions. In addition, the Institute’s research is also focused on identifying significant parameters of speech pathology characteristics.

Languages, cultures ans institutions

The Institute is developing its expertise in the study of cultures and institutions related to languages taught at UMONS. For example, UMONS is the only institution in Belgium to specialise in Scandinavian, Euro-Mediterranean and Oriental languages, and has various specific initiatives in place for Scandinavian languages. Additionally, the American Studies Center (member of the American Studies Network – ASN) offers a research and resources area dedicated to American culture.

Translation studies

In addition to questions related to the problem of translation quality control, the Institute examines the cognitive processes inherent to all aspects of translation (written, oral, real-time and delayed mediation) and in all professional forms (e.g. technical translation, literary translation and conference interpreting). The Institute also pays particular attention to ICT in various forms of technologically assisted language mediation tools (dubbing, respeaking, etc.).

Teachning and learning foreign languages

In conjunction with the long-standing work of the specialists in the field of language teaching in Mons, the Institute examines the optimal conditions for the learning and teaching of modern languages. The issue surrounding French as a Foreign Language (FLE) and French as a Second Language (FLS) is subject to scientific development with a special focus on assessment, and, more generally, an overall reflection on methodological aspects of language teaching. The cognitive modalities of acquiring new control regimes of perception and production in non-native languages are also studied in the University’s phonetics laboratory. Meanwhile, regarding application, the FRANEL project, a free e-learning platform for learning French and Dutch, has over 40,000 users so far.

Clinical phonetics

Sounds produced for communication purposes carry many elements which are irrelevant to the content of language production, but are instead related to various aspects of the speaker’s behaviour and state, and may therefore be indicators of illnesses. A Joint Research Action (ARC) project is dedicated to the development of voice-based measurement tools which provide objective information on disabled people in very diverse contexts and clinical situations. These tools have been reinvested in another ARC project, aimed at targeting vocal indicators of stress, cognitive load and fatigue in relation to variations in the biochemistry of the speaker. Aeronautics is the project’s most researched domain.

Language and neurodegenerative diseases

The language of people with neurodegenerative diseases is of major interest to both basic research (the cognitive understanding of the interactions involved) and applied research (the development of communication skills between patients and their relatives). The Institute, particularly within the GREMOTS European network, which involves 15 research teams worldwide, is responsible for the design, construction and maintenance of various psychometric tools, for diagnosis and screening.

Flagship Project

The Institute essentially develops its activities through collaborative research projects.

These projects:

  • Are based on interdisciplinarity
  • Prioritise collaborative research and co-development
  • Rely on partnerships with all sectors of society (industries, services, research centres, governmental institutions, etc.)
  • Bring together provincial, regional, federal, European and international partners.

The Institute is active in setting up research projects, with its partners, which respond to the emerging problems linked to the Institute’s field.

Below you can find a list of some key projects, which highlight some of the issues our researchers tackle.

Expertise and research topics

  • System-centred approaches consider language as an object in itself, and one which can be studied from different angles according to the various strata of the language system, for example, sounds and groups of sounds, graphical signs and groups of graphical signs, lexical unities, syntactic entities, sentences, and discourse. They can involve both synchronic and diachronic dynamics, concern the disciplinary contributions of philology, grammar, linguistics (considered as language science) and the specialisation thereof, for example, phonetics, phonology, lexicology, semantics and morphology, and are related to sciences such as semiotics, anthropology and sociology.

    The scientific target here is the mechanics of the language system: the way it functions and its evolutions.

 

  • Ability-centred approaches focus on the mechanisms of language processing on an individual basis, stem from diverse functional angles (i.e. aspects of cognitive control, perception, production, etc.), and can take into account different types of phenomena (sound and graphic production, biophysical signals, macroscopic behaviour, etc.).

    The scientific target here is the person, their communicative functioning and the evolution of this.

 

  • Speech acts involve all identifiable modalities (production, reception, interaction and mediation), both in writing and orally. They can occur within various communication contexts, for example, in laboratories, families, care institutions, the workplace, prisons, and schools. They also occur under various types of pressure, including cognitive load, time pressure and adverse conditions of communication, stress, and mood fluctuations, all of which can have an influence on speech. They can be delivered by speakers with or without a disability (acquired, functional and/or developing congenital diseases) and also by mono- or multilingual speakers using their first, second or third language. In the latter case, the speech acts can take place within or outside a multilingual environment, and can have been the object of specific procedures of linguistic planning. The context of use can also be static (where language is considered stable) or dynamic (referring to language acquisition, development, rehabilitation and attrition).

People

Effective member services of the Research Institute:

à compléter

Presentation of the Institute

The Institute aims to combine the efforts of all UMONS scientists, not only to develop research activities concerned with language, but also to address and develop scientific research in all domains by way of multi- and interdisciplinary collaborations.

The Institute’s research regards language as an “ability”, which individuals possess in order to communicate with others, and as a “system”, which, although originally resulting from communicative exchanges between people, is imposed on the speaker through their belonging to a community. Therefore, language can be considered as an object of study in itself, rather than just considering who is using it.

The Institute’s research aims to describe and understand language as well as develop methods and devices for language analysis, processing, simulation, modification, support, education and care.

 

Clefs pour les sciences du langage

Le langage comme système

Le terme langage est utilisé par les spécialistes qui écrivent des grammaires, rédigent des dictionnaires, se penchent sur l’évolution des manières de parler (en France; l’Académie française, en Belgique; le Conseil de la Langue et de la Politique Linguistique, etc.). Il s’agit ici de regards sur le langage considéré en tant que système propre à une communauté (une région, un pays, …) : ses membres le détiennent solidairement et sont ainsi liés entre eux par une forme de contrat social. Celui-ci est souvent implicite mais il peut faire l’objet de décisions explicites (réformes de l’orthographe, constitution de lexiques professionnels, etc.). La maîtrise de ce système passe nécessairement par l’apprentissage (le bébé que le hasard fait naître au sein d’une communauté linguistique donnée se voit, de facto, imposer le système qui y prévaut, et ce, sans possibilité de négociation). Les Etats décident ce qu’est – ou ce que sont – leur(s) langue(s) officielle(s), quelle est leur zone d’extension et quelles en sont les fonctions admises.

Le langage comme fonction

Le terme langage est également convoqué quand on réfère à la fonction cognitive qui permet aux êtres humains d’échanger entre eux. La focalisation est ici sur l’individu et non sur la communauté : on s’intéresse au fonctionnement du cerveau-esprit humain, pas à celui d’un ensemble social. La recherche fondamentale sur la production et/ou la perception de la parole correspondent à cette acception. C’est également le cas des travaux relatifs aux troubles du langage, aux handicaps, à l’apprentissage des langues étrangères ou encore à l’acquisition de la langue maternelle, etc.

Le langage : système et fonction en permanente interaction

Les deux concepts (système et fonction) sont liés. En effet, d’une part, au plan communautaire, c’est l’utilisation du langage par ses usagers dans le contexte de leurs relations sociales qui, au fil des siècles, produit le système et le fait évoluer ; d’autre part, la fonction langage ne peut être support de communication que si elle s’appuie sur un système accepté par une communauté de locuteurs (pour se comprendre, il faut maîtriser les mêmes mots et les mêmes structures syntaxiques que ceux avec qui on veut échanger).

Le langage comme territoire professionnel

Les divers contextes professionnels liés au langage sont en général perçus comme fort écartés les uns des autres. Ainsi, le linguiste intéressé par des recherches sur la grammaire n’a guère l’habitude de fréquenter des médecins spécialistes du larynx ou de l’oreille. Le psychologue du langage n’a guère de contacts avec le traducteur et les relations entre logopèdes et ingénieurs spécialisés dans la synthèse de parole sont peu probables. Ces professions sont, de fait, considérées comme disjointes, et les lieux d’enseignement qui y forment sont généralement isolés les uns des autres.

Les sciences du langage

L’approche caractérisant le territoire épistémologique des sciences du langage est au contraire fédératrice: son projet est de convier autour de questions de recherche spécifiques au langage toutes celles et ceux qui détiennent une expertise –quelles qu’en soient la nature et le domaine- susceptible de contribuer à l’effort commun. À l’UMONS, l’Institut de Recherche en Sciences et Technologies du Langage rassemble ainsi une centaine de chercheurs relevant de 5 des facultés de l’Université et assurant par la diversité de leurs spécialités la couverture du large champ des sciences du langage.

Nous contacter

Secrétariat des études :

Bâtiment Verlaine
1, Rue du Rossignol à 7000 Mons
Tél.: +32(0)65 37 31 38
info.irstl@umons.ac.be

Débouchés

Les débouchés sont nombreux et dépendent de la thématique qui aura été choisie. Des secteurs tels que ceux de la logopédie, de l’éducation, des entreprises, de la culture, des relations internationales, etc. sont accessibles après nos formations.

De plus, pour les étudiants qui décident de s’orienter vers une filière scientifique, le Master de spécialisation constitue une préparation de choix pour le Doctorat. La recherche passionnante dans le domaine des sciences du langage couvre un territoire très vaste qui permet à tous de découvrir un pan essentiel à leurs réflexions.

Aides à la réussite

Sont organisés :

  • des rendez-vous personnalisés tout au long de l’année afin de conseiller l’étudiant vis-à-vis des multiples choix qu’il a à opérer dans le cadre de sa formation.
  • une guidance pour la réalisation des travaux.

Structure des études

Le programme comporte, outre un tronc commun, divers parcours de formation :

  • Sciences de la parole
  • Immersion linguistique et dispositifs d’enseignement/apprentissage des langues
  • Neuropsycholinguistique
  • La communication et le vivre ensemble dans l’espace scandinave
  • Communication interculturelle et interlinguistique
  • Médiation technologique : sous-titrage, doublage, respeaking et audiodescription
  • Genre, langage et communication
  • Écritures
  • Discours philosophique
  • Analyse critique des discours

Chacun est organisé autour d’une option et prépare soit à la recherche dans un secteur des sciences du langage déterminé, soit à l’exercice de l’un des divers métiers de la langue.

Les cours sont dispensés à Mons mais certains d’entre eux peuvent être choisis au sein de cursus de l’ULB à Bruxelles.

Etudes

L’UMONS, en lien avec l’Institut de Recherche en Sciences et Technologies du Langage, organise un Master de spécialisation en Sciences du Langage, destiné à des diplômés de 2ème cycle. Il vise à donner à l’étudiant une formation de haut niveau assurant, d’une part, sa maîtrise du cadre général des sciences du langage et, d’autre part, sa spécialisation dans un secteur déterminé.

Je suis licenciée en traduction arabe, français, anglais et j’ai obtenu, en 2009, un DEA en traductologie au sein de l’ex-UMH. J’ai opté pour l’UMONS parce que j’ai des parents qui y ont étudié. C’e…
Poursuivre la lecture
Nesrine Mokeddem

Offre de formation

L’Institut propose :

Master de spécialisation en Sciences du Langage :
  • Analyse critique des discours
  • Communication interculturelle et interlinguistique
  • Discours philosophiques
  • Ecritures
  • Genre, langage et communication
  • Immersion linguistique et dispositifs d’enseignement/apprentissage des langues
  • La communication et le vivre ensemble dans l’espace scandinave
  • Médiation technologique : sous-titrage, doublage, respeaking et audiodescription
  • Neuropsycholinguistique
  • Sciences de la parole
  • Traductologie

 

 

 

Certificat d’Université :
  • Spécialisation en didactique des langues
  • Spécialisation en phonétique et psycholinguistique cliniques
  • Spécialisation en pédagogie de l’oral pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères
  • Spécialisation en méthodologie de l’immersion linguistique

Enseignement

Facebook, Twitter, Web 2.0… chaque jour la technologie améliore les moyens de communication. Mais elle crée aussi de nouveaux modes d’échange et induit de nouveaux comportements langagiers.

Dans cette communauté planétaire du flux tendu communicationnel, l’homme est-il encore capable de parler, d’écouter, de s’interroger lui-même ?

Comment l’enfant, le médiateur, la personne handicapée, le décideur politique, l’apprenant adulte, l’industriel, le malade, le citoyen ordinaire sauront-ils faire face aux enjeux de ce nouveau monde de la communication totale ?

Comprendre, soutenir, développer la communication

Les sciences du langage, c’est quoi ?

Les “sciences du langage” constituent le lieu où se croisent, se rencontrent et s’enrichissent toutes les disciplines (linguistique, médecine, psychologie, informatique, ingénierie, philosophie, physique, philologie, pédagogie…) susceptibles de contribuer tant au développement de la recherche qu’à la formation de professionnels pour les domaines où la complexité de la communication est au centre des préoccupations.

 

Equipe

Services membres effectifs de l’Institut de Recherche :

Désolé ! Cette page est en construction. Revenez plus tard.

Espace petite enfance

Ce lieu, conçu comme un laboratoire communautaire, est destiné à assurer la captation des signaux vocaux émis par de très jeunes enfants (de la naissance à l’obligation scolaire). Il offre un environnement paisible, attrayant et ludique susceptible de respecter l’écologisme des échanges entre enfants et parents (conversations, jeux, lecture, etc.). Il est doté de nombreux capteurs non visibles permettant de conserver des comportements produits (tant oraux que gestuels) quantité de traces diversifiées, susceptibles d’être ensuite analysées en laboratoire au service de recherches principalement dévolues aux facteurs de développement des maîtrises communicative et langagière de l’enfant.

Technologie du signal de parole

Les chercheurs de l’Institut ont développé une expertise mondialement reconnue dans le domaine de la synthèse de parole (Cf., par exemple, le développement de l’algorithme MBROLA aujourd’hui utilisé dans le monde entier). Ils se sont en particulier illustrés dans leurs travaux visant à la génération de parole synthétique dotée, du point de vue de l’auditeur humain, de toutes les caractéristiques non linguistiques de la parole naturelle (marques émotionnelles, notamment). Ils développent en outre divers travaux centrés sur l’identification de paramètres significatifs des particularités de la parole pathologique.

Langues, cultures et institutions

L’Institut développe son expertise dans l’étude des cultures et institutions articulées aux langues enseignées à l’UMONS. Des initiatives spécifiques ont entre autres été prises dans le domaine des langues scandinaves, dont l’UMONS constitue le seul centre d’expertise en Belgique, ainsi que dans celui des langues des espaces euro-méditerranéen et oriental. Autre exemple: l’American Studies Center (membre du Réseau d’Études Américaines – ASN), qui offre un espace de recherche et de ressources dédié à la culture américaine.

Traductologie

Outre les questions concernant la problématique du contrôle de la qualité de la traduction, l’Institut s’interroge sur les processus cognitifs sous-tendant l’activité médiatrice dans ses divers aspects (écrite, orale, en temps réel ou différée…) et formes professionnelles (traduction technique, traduction littéraire, interprétation de conférence, etc.). Une attention toute particulière est en outre réservée aux apports spécifiques des TIC aux diverses formes de médiation technologiquement assistées (doublage, respeaking, etc.).

Enseignement – Apprentissage des langues étrangères

En articulation avec les travaux initiés de longue date par les spécialistes montois de la didactique des langues, l’Institut s’interroge sur les conditions optimales de l’apprentissage et de l’enseignement des langues vivantes. La problématique du FLE/S fait en particulier l’objet de développements scientifiques, notamment en matière docimologique et plus généralement dans une réflexion globale sur les aspects méthodologiques de l’enseignement des langues. Les modalités cognitives de l’acquisition de nouveaux régimes de contrôle de la perception et de la production en langue non maternelle sont également investiguées sur la base d’études phonétiques. Au plan applicatif, le projet FRANEL qui a généré une plateforme d’apprentissage du néerlandais et du français gratuite, compte à ce jour plus de 40 000 utilisateurs.

Phonetique clinique

Les sons produits dans l’intention de communiquer charrient quantité d’éléments sans rapport avec le contenu langagier de la production, mais causalement liés à divers aspects du fonctionnement ou de l’état du locuteur. Ceux-ci sont susceptibles d’avoir valeur d’indices. Un projet ARC est ainsi dédié au développement d’outils de mesure à base vocale fournissant des informations objectivées sur le sujet en situation de handicap dans des contextes et devant des tableaux cliniques très diversifiés. Ces techniques sont réinvesties dans le cadre d’un autre projet ARC, visant à cibler les indicateurs vocaux de stress, charge cognitive et fatigue en lien avec les variations de la biochimie du locuteur. Le domaine de l’aéronautique est ici le terrain d’investigation le plus sollicité.

Langage et pathologies neurodegeneratives

Le langage des personnes atteintes de pathologies neurodégénératives présente un intérêt majeur aux plans fondamental (compréhension des interactions cognitives impliquées) et appliqué (développement des habiletés communicatives du patient et de ses proches). L’Institut, notamment au sein du réseau européen GREMOTS (15 équipes à l’international), a pris en charge la conception, la construction et la maintenance de divers outils psychométriques, allant du diagnostic au screening.

Projets phares

L’Institut développe ses activités essentiellement au travers de projets de recherche collaboratifs.

Ces projets de recherches :

  • Se basent sur l’interdisciplinarité
  • Privilégient la recherche collaborative et le co-développement
  • S’articulent sur une logique partenariale avec tous les acteurs de la société (industries, services, centres de recherche, collectivités territoriales, institutions gouvernementales, etc.)
  • Tissent des partenariats à l’échelle provinciale, régionale, fédérale, européenne et internationale.

L’Institut s’implique dans le montage de projet de recherche avec ses partenaires pour répondre aux problématiques émergentes liées aux domaines de l’Institut.

Nous présentons ici, à titre indicatif, quelques projets phare de l’Institut qui illustrent   les problématiques abordées par nos chercheurs.

Expertises et thématiques

  • Les approches centrées système considèrent le langage comme objet en soi, susceptible d’être étudié sous divers angles correspondant aux diverses strates du système langagier (sons, signes graphiques, groupes de sons, groupes de signes graphiques, unités lexicales, entités syntaxiques, phrases, discours, etc.) ; elles peuvent relever de dynamiques tant synchroniques que diachroniques. Sont ici conviés les apports disciplinaires de la philologie, de la grammaire, des spécialisations de celleci (phonétique, phonologie, lexicologie, sémantique, morphologie, etc.) ainsi que de sciences connexes telles la sémiologie, l’anthropologie, la sociologie, etc.
    La cible scientifique est ici la mécanique du système langagier: son fonctionnement et ses évolutions.

 

  • Les approches centrées faculté se centrent sur les mécanismes de traitement du langage développés par l’individu ; elles procèdent d’angles d’attaque fonctionnels diversifiés (aspects liés au contrôle cognitif, à la perception, à l’émission, etc.) et peuvent prendre en considération divers types de phénomènes (productions sonores ou graphiques, signaux biophysiques, comportements macroscopiques, etc.).
    La cible scientifique est ici la personne, dans son fonctionnement communicatif et les évolutions de celui-ci.

 

  • Les actes langagiers considérés ressortissent à toute modalité identifiable (production, réception, interaction, médiation), tant à l’écrit qu’à l’oral. Ils peuvent se développer dans divers contextes de communication (laboratoire, famille, institution de soins, lieu de travail, milieu carcéral, école, etc.) et sous divers types de contrainte (charge cognitive, pression temporelle, conditions adverses de communication, stress, variations de l’état thymique, etc.) susceptibles d’influer sur leur réalisation. Ils peuvent être le fait de locuteurs placés ou non en situation d’handicap (pathologies innées, acquises, fonctionnelles et/ou développementales) et concerner des locuteurs mono- ou multilingues recourant à leur première, deuxième, troisième… langue dans un environnement multilingue ou non, ayant ou non fait l’objet de procédures spécifiques d’aménagement linguistique. La perspective peut être aussi bien statique (le langage considéré à l’état stable) que dynamique (acquisition, développement, rééducation, attrition, etc.).

Accueil

Il vise, par la mutualisation des efforts de toutes les composantes de l’UMONS ayant des activités scientifiques concernant à quelque titre que ce soit le langage, non seulement au développement scientifique de chacune de celles-ci dans son secteur propre, mais encore à l’émergence et à la consolidation de recherches en collaboration multi- et interdisciplinaire.

Il rassemble des entités et des personnes dont les travaux considèrent le langage tant comme faculté que possèdent les membres d’une communauté de communiquer entre eux, que comme système qui, bien que résultant certes des échanges communicatifs entre individus, est imposé au locuteur par son appartenance communautaire et peut dès lors être considéré comme l’objet d’étude en soi, sans visée individuelle.

Ses recherches peuvent viser tant à décrire et/ou comprendre le langage qu’à développer des méthodes et dispositifs permettant d’agir sur le langage dans des perspectives d’analyse, de traitement, de simulation, de modification, d’assistance, d’éducation, de soin, etc.

 

Home

 

Accueil