Master en

Biochimie et biologie moléculaire et cellulaire

Finalité approfondie
  • Horaire
    Horaire de jour
  • Crédits ECTS
    120
  • Langue
    Français
  • Lieu
    Charleroi

Description

Le Master 120 conjoint ULB-UMONS en Biochimie, Biologie moléculaire et cellulaire (BBMC) – finalité approfondie – est organisé à Charleroi. Les cours théoriques seront suivis à distance et les travaux pratiques auront lieu dans les laboratoires de l’ULB à Gosselies ou de l’UMONS. Ce Master se focalise sur la compréhension moléculaire et cellulaire des organismes, tant unicellulaires que pluricellulaires. Cette formation couvre un grand nombre de domaines des sciences de la vie tels que la biochimie, la biologie cellulaire, la génétique, la microbiologie et la biologie moléculaire. Elle assure aux futur·es diplômé·es la connaissance approfondie de notions et techniques nécessaires à la compréhension du fonctionnement moléculaire des organismes vivants. En outre, ce Master aborde spécifiquement les techniques liées à l’imagerie moléculaire.

Conditions d'accès

A. Accès de plein droit aux porteurs d’un grade académique acquis en Communauté française de Belgique

  • Accès au porteur du même grade académique universitaire de deuxième cycle mais avec une autre finalité.
    • Sans complément :
      • Master en Biochimie, biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique
      • Master en Biochimie, biologie moléculaire et cellulaire, à finalité spécialisée
      • Master in molecular microbiology
  • Accès au porteur d’un grade académique de 1er cycle ou de 2ème cycle universitaire en vertu d’une décision des autorités académiques.
    • Sans complément :
      • Bachelier en sciences biologiques
      • Bachelier en sciences biomédicales (Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie; Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique)
      • Bachelier en sciences chimiques (Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie; Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique)
      • Bachelier en sciences de l’ingénieur, orientation bioingénieur (Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique; Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie)
    • Avec complément :
      • Bachelier en médecine vétérinaire (de 0 à 60 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi), ; 15 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie, Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique, )
      • Bachelier en sciences biomédicales (de 0 à 60 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi), )
      • Bachelier en sciences chimiques (de 0 à 60 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi), )
      • Bachelier en sciences de l’ingénieur, orientation bioingénieur (de 0 à 60 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi), )
  • Accès au porteur d’un grade académique de 1er cycle ou de 2ème cycle de type long, obtenu en Haute école ou en Ecole supérieure des arts, en vertu d’une décision des autorités académiques (cela inclut aussi les diplômes de promotion sociale, jugés équivalents).
    • Avec complément :
      • Bachelier en sciences agronomiques (60 crédits)
      • Bachelier en sciences de l’ingénieur industriel (60 crédits)
      • Master (60 crédits) en sciences industrielles, finalité biochimie (15 crédits)
      • Master (60 crédits) en sciences industrielles, finalité chimie (15 crédits)
      • Master en Sciences agronomiques (15 crédits)
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel en agronomie (15 crédits)
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel, orientation biochimie (15 crédits)
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel, orientation chimie (15 crédits)
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel, orientation chimie (15 crédits)
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel, orientation ingénierie de la santé (de 0 à 15 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie, Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique, . Pas d’accès vers : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi))
      • Master en sciences de l’ingénieur industriel, orientation technologies des données du vivant (de 0 à 15 crédits : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie, Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité didactique, . Pas d’accès vers : Master en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire, à finalité approfondie (Site de Charleroi))
  • Accès au porteur d’un grade académique de 1er cycle de type court obtenu en Haute école ou en Ecole supérieure des arts en vertu d’une décision des autorités académiques (cela inclut aussi les diplômes de promotion sociale, jugés équivalents).
    • Avec complément :
      • Bachelier en agronomie, finalité inconnue (de 45 à 60 crédits)
      • Bachelier en chimie, orientation biochimie (de 45 à 60 crédits)
      • Bachelier en chimie, orientation biotechnologie (de 45 à 60 crédits)
      • Bachelier en chimie, orientation chimie appliquée (de 45 à 60 crédits)
      • Bachelier en chimie, orientation inconnue (de 45 à 60 crédits)
      • Bachelier technologue de laboratoire médical (de 45 à 60 crédits)

Par dérogation, ont également accès au master les étudiants, qui pour se voir conférer un grade académique qui y donnerait accès, doivent encore réussir au plus 15 crédits.

B. Accès au porteur d’un grade académique étranger reconnu équivalent à un grade académique de deuxième cycle donnant accès aux études visées en application du décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études, en application d’une directive européenne, d’une convention internationale ou d’une autre législation, aux mêmes conditions.

C. Accès moyennant dossier soumis à l’avis du jury

Accès au porteur d’un grade académique similaire aux grades académiques délivrés en Communauté française (voir point A), délivré par un établissement d’enseignement supérieur extérieur à celle-ci (Communauté flamande, germanophone, Ecole royale militaire, établissement étranger), aux conditions complémentaires fixées par le jury. Ces enseignements supplémentaires font partie de son programme d’études de 2ème cycle. Est similaire à un grade académique délivré en Communauté française, un titre ou grade conduisant aux mêmes capacités d’accès professionnel ou de poursuite d’études dans le système d’origine.

Aux conditions générales fixées par les autorités académiques, accès au porteur d’un titre, diplôme, grade ou certificat universitaire belge similaire ou au porteur d’un titre étranger si ce titre, diplôme, grade ou certificat sanctionne des études de 1er ou de 2ème cycle suivies avec fruit pour autant que le jury valorise 180 crédits au moins. Le jury peut exiger un programme complémentaire au master de maximum 60 crédits supplémentaires, compte tenu de l’ensemble des crédits que l’étudiant peut par ailleurs valoriser lors de son admission. Ces enseignements font partie du programme d’études de 2ème cycle de l’étudiant.

  • Critères établis par le jury et/ou critères légaux

    A – Critères impératifs minimums

    • Une lettre de motivation

    B – Critères additionnels souhaitables pris en compte par le jury

    •Une conversion des notes dans le système ECTS ou GPA (document officiel de l’Institution d’origine)

    •Éventuelles expériences professionnelles

    C – Programmes complémentaires

    Les programmes complémentaires sont réalisés à la carte en fonction du parcours antérieur de l’étudiant.

    D – Moyenne minimale

    Les étudiants titulaires d’un diplôme délivré par une institution d’enseignement supérieur dont le siège se situe en dehors de l’espace économique européen et ne répondant pas à un critère de l’article 3 du Décret du 11 avril 2014 adaptant le financement des établissements d’enseignements supérieur à la nouvelle organisation des études doivent avoir obtenu au minimum une moyenne de14/20dans le ou les diplôme(s) menant à l’admission.

    Le jury pourra également examiner les notes dans les matières spécifiques.

D. Valorisation des acquis de l’expérience

Conformément à l’article 119 du décret du 07/11/2013, les jurys peuvent valoriser des savoirs et compétences acquis par expériences professionnelle et/ou personnelle et donner accès au MA à toute personne qui n’entre pas dans les catégories énumérées ci-dessus. Le jury détermine les enseignements supplémentaires et les dispenses éventuelles qui constituent des conditions complémentaires d’accès pour l’étudiant. Cette expérience personnelle ou professionnelle doit correspondre à au moins cinq années d’activités, des années d’études supérieures ne pouvant être prises en compte qu’à concurrence d’une année par 60 crédits acquis, sans pouvoir dépasser 2 ans.

Dispositions complémentaires aux masters à finalités didactiques

Nul ne peut être admis aux études du master à finalité didactique s’il n’a fait préalablement la preuve d’une maîtrise approfondie de la langue française. Cette preuve est apportée :

1° soit par la possession d’un diplôme ou certificat mentionné à l’article 107, alinéa 1er, 1°, 2°, 4° et 8° du décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études;

2° soit par la réussite d’un examen spécifique organisé ou coorganisé par les établissements d’enseignement supérieur, selon les modalités fixées par l’ARES et suivant les dispositions arrêtées par le Gouvernement ;

3° soit par la possession de l’attestation mentionnée à l’article 107, alinéa 1er, 5° du décret du 7 novembre 2013, lorsqu’elle est délivrée par un jury de la Communauté française ;

4° soit par l’attestation de réussite d’autres épreuves de maîtrise de la langue française dont la liste est arrêtée par le Gouvernement ;

5° soit par la possession d’un diplôme, titre ou certificat étranger sanctionnant des études comprenant suffisamment d’enseignement en langue française ; le Gouvernement fixe les conditions minimales que doivent satisfaire ces études ;

6° soit par la possession d’un diplôme d’enseignement supérieur délivré en Communauté française et sanctionnant des études dont l’accès est conditionné à la preuve de la maîtrise suffisante de la langue française.

L’examen visé au point 2° a pour objectif de vérifier que l’étudiant est capable de s’exprimer clairement en français dans le cadre des travaux et des évaluations inscrits au programme d’études, en particulier lors des stages à effectuer.

Programme et structure

Le Master 120 conjoint ULB-UMONS en Biochimie, Biologie moléculaire et cellulaire (BBMC) – finalité approfondie – est organisé à Charleroi. Les cours théoriques seront suivis à distance (à domicile ou dans un local à Charleroi) et les travaux pratiques auront lieu dans les laboratoires de l’ULB à Gosselies ou de l’UMONS. Ce Master se focalise sur la compréhension moléculaire et cellulaire des organismes, tant unicellulaires que pluricellulaires. Cette formation couvre un grand nombre de domaines des sciences de la vie tels que la biochimie, la biologie cellulaire, la génétique, la microbiologie et la biologie moléculaire. Elle assure aux futur·es diplômé·es la connaissance approfondie de notions et techniques nécessaires à la compréhension du fonctionnement moléculaire des organismes vivants. En outre, ce Master aborde spécifiquement les techniques liées à l’imagerie moléculaire.

 

Les + de la formation

Le master conjoint UMONS-ULB en Biochimie et Biologie moléculaire et cellulaire permettra:

  •  De constituer, développer et entretenir des connaissances dans ce domaine et ses disciplines connexes ;
  • D’apprendre à agir en acteur scientifique pour la résolution de problèmes complexes ;
  • De concevoir et mettre en œuvre des projets de recherche scientifique ;
  • De communiquer dans un langage adapté au contexte et public ;
  • De se développer dans le respect des règles éthiques liées à son domaine d’expertise ;
  • D’avoir une formation légale pour l’utilisation d’animaux de laboratoire.

 

A noter, l’apprenant·e acquerra ses compétences par le biais:

  • Des cours magistraux suivis à distance. Soit depuis le domicile de l’étudiant, soit depuis un local mis à disposition à Charleroi ;
  • Des travaux pratiques et exercices dirigés à l’UMONS ou au Biopark (IBMM, CMMI), situé à Gosselies, près de Charleroi (https:// biopark.be/en). Le Biopark est un véritable pôle de compétitivité en biologie moléculaire et accueille près de 700 chercheurs. Sa particularité est de regrouper des activités d’enseignement, des instituts de recherche (IBMM, IMI) ainsi que des firmes pharmaceutiques et spin-off notamment issues des laboratoires de l’ULB. Ce campus offre donc de nombreuses possibilités en matière de formation et d’emploi ;
  • Un stage ;
  • Un mémoire.

Profil d’enseignement

1. Constituer, développer et entretenir des connaissances dans le domaine de la Biochimie et de la biologie moléculaire et cellulaire (BBMC) et ses disciplines connexes

  • S'approprier les concepts scientifiques et les connaissances fondamentales de la biochimie, biologie moléculaire et cellulaire et des disciplines connexes (Imagerie moléculaire, Neurobiologie, Immunologie, Biotechnologies, …).
  • Analyser des articles originaux de recherche en BBMC de manière critique.
  • Appréhender l’évolution des connaissances sur un sujet donné et collecter et gérer les articles scientifiques s’y référant.
  • Maîtriser les techniques expérimentales et les appareillages utilisés communément en BBMC et Imagerie moléculaire en respectant les bonnes pratiques de laboratoire (sécurité, tenue du cahier de laboratoire et bonne gestion).
  • Utiliser les ressources bioinformatiques et les logiciels adaptés à leur exploitation.

 

2. Résoudre des problèmes complexes en acteur scientifique

  • Faire preuve de créativité pour poser un problème dans le domaine de la BBMC et formuler des hypothèses de travail testables.
  • Mettre en œuvre une démarche expérimentale depuis sa conception jusqu'à la validation des résultats scientifiques obtenus pour résoudre des problèmes complexes.
  • Discuter et confronter les résultats obtenus aux données scientifiques existantes.

 

3. Concevoir et mettre en œuvre des projets de recherche scientifique

  • Comprendre l'abstraction et son rôle dans l'élaboration d'une théorie.
  • Comprendre comment se dégage un concept à partir d'observations.
  • S’inscrire dans une démarche rigoureuse, innovante et ouverte sur les autres disciplines.
  • Evaluer l’apport conceptuel des nouveaux résultats et en dresser les perspectives.

 

4. Communiquer dans un langage adapté au contexte et au public

  • Développer une argumentation scientifique.
  • Rédiger un rapport de recherche selon les bonnes pratiques de la BBMC.
  • Présenter oralement de manière claire et concise les résultats d’un travail et les confronter aux questions et critiques de l’audience.
  • Apprendre à travailler et communiquer en équipes.

 

5. Se développer professionnellement dans un souci du respect des questions éthiques liées à son domaine d’expertise

  • Discerner et prohiber toute forme de plagiat.
  • Faire preuve d’honnêteté intellectuelle dans sa démarche scientifique et dans la communication associée.
  • Appliquer les règles déontologiques et éthiques.
  • Percevoir les enjeux sociétaux, environnementaux et éthiques en relation avec sa discipline.

 

6. Expérimentation animale

  • Avoir acquis la formation légale de maître d’expérience pour l’utilisation d’animaux de laboratoire.

Opportunités

Les domaines d'opportunité professionnelle sont variés : dans des entreprises pharmaceutiques, agroalimentaires et de biotechnologies, dans la recherche académique (universités, etc.) et dans des centres de recherche nationaux ou régionaux que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur privé.

Un tel diplôme permet également d’entrevoir une carrière dans le management ainsi que dans la vente de produits de laboratoire ou de produits issus de la biotechnologie.

Les diplômé·es en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire sont particulièrement recherchés pour la recherche développement effectuée dans toute une série d’entreprises implantées dans la région de Charleroi (notamment le Biopark).

Type d'instruction

Méthodes d'enseignement

  • Cours magistraux (28 %) qui se suivront à distance ;
  • Travaux pratiques dans les laboratoires de recherche de l’université (8%) en présentiel ;
  • Exercices dirigés (notamment sur ordinateurs) (5%) en présentiel ;
  • Travail personnel (y compris la rédaction de rapports de T.P. et l’analyse d’articles originaux de recherche en biologie moléculaire) (8 %) ;
  • Mémoire et travaux personnels (37%) ;
  • Stage (14%).

À propos de cette formation

Secteur
Sciences et techniques
Domaine
Sciences
Codiplômation/coorganisation
Codiplômation
Institution référente
ULB
Institutions partenaires
UMONS

Contactez-nous pour obtenir de plus amples informations

Secrétariat des études
L'inscription se fait à l'ULB qui est l'université de référence pour ce master. L'inscription peut se faire en ligne via le site Internet de l'ULB.
+32(0)65/37.30.71