Réforme de la Formation Initiale des Enseignants

Le monde de l’éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles est en mutation. le Pacte pour un enseignement d’excellence est lancé et s’accompagne d’une ambitieuse réforme de la formation initiale des enseignantes et enseignants, qui sera progressivement mise en œuvre dans les établissements d’enseignement supérieur.

Ce chantier de taille nous pousse à repenser nos programmes, nos méthodes, dans une dynamique collaborative, avec nos partenaires et en dialogue avec l’enseignement obligatoire.

Les principaux objectifs de la réforme

  • Proposer une formation à la hauteur de l’exigence de la mission des professeurs d’aujourd’hui.
  • Mieux préparer enseignants et enseignantes en devenir à l’hétérogénéité du public scolaire, aux attentes de la société, à la complexité croissante du savoir, à la modification du rapport des élèves à l’autorité.
  • Revaloriser la profession et favoriser une identité commune du métier d’enseignant.
  • Renforcer les compétences, notamment dans la maîtrise de la langue et des contenus disciplinaires, le développement de l’esprit critique, l’intégration des outils pédagogiques adéquats, la détection des troubles de l’apprentissage, la prévention du harcèlement lié entre autres à l’usage des réseaux sociaux.
  • Développer l’expérimentation de méthodes pédagogiques innovantes.
  • Développer la recherche en sciences de l’éducation et enseignement, et plus particulièrement en didactique des disciplines.
  • Augmenter l’attractivité des filières de formation aux métiers de l’enseignement.

La formation des enseignants étant envisagée comme un continuum par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une réforme de la formation continue a été adoptée et entrera progressivement en vigueur à partir la rentrée académique 2023 (tous les nouveaux cursus ne commenceront pas dès 2023).

Quelques détails….

Le Décret « Réforme de la Formation Initiale des Enseignants » voté le 7 février 2019, a été modifié par un nouveau Décret qui est entré en vigueur en décembre 2021.

Cette réforme sera progressivement mise en œuvre à partir de l’année académique 2023-2024 et concernera :

  • l’enseignement maternel, primaire et secondaire ordinaire ou spécialisé de plein exercice
  • l’enseignement secondaire de promotion sociale
  • l’enseignement secondaire artistique à horaire réduit – l’enseignement en alternance.

Les nouveaux cursus, de type long, seront coorganisés par les établissements d’enseignement supérieur de plein exercice (universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts) dans le cadre de la codiplômation.

La préparation pédagogique et disciplinaire au métier d’enseignant, du niveau maternel à la fin de l’enseignement secondaire, se fera au cours du même cursus. Cependant, dans le cas des professeurs du secondaire supérieur, la formation pédagogique pourra aussi se faire de manière différée (avec le master en enseignement section 5, anciennement dénommé « agrégation »).

Cette formation initiale des enseignants revêt donc la forme d’une formation directe à l’enseignement ou la forme d’une formation différée à l’enseignement.

  • La formation directe, qui associe la formation disciplinaire et la formation pédagogique, s’articulera en 4 sections, selon les niveaux d’enseignement, du maternel au secondaire.
  • La formation différée comportera 60 crédits et aboutira au grade de master en enseignement section 5 (remplacera l’actuelle Agrégation de l’Enseignement Secondaire Supérieur – AESS). Elle sera organisée en partie en horaire décalé.

La formation directe.

La formation directe, qui associe la formation disciplinaire et la formation pédagogique s’articulera en 4 sections, selon les niveaux d’enseignement :

  • Section 1, de la 1ère maternelle à la 2ème primaire
  • Section 2, de la 3ème maternelle à la 6ème primaire
  • Section 3, de la 5ème primaire à la 3ème secondaire
  • Section 4, de la 4ème secondaire à la 6ème secondaire

La formation différée.

  • Section 5, de la 4ème secondaire à la 6ème secondaire

Durée de ces formations.

Les études pour les sections 1 à 3 seront de type long. Elles comporteront 2 cycles :

  • un cycle bachelier de 180 crédits
  • un cycle master de 60 crédits

Le cycle de formation sera donc de 240 crédits pour les sections 1 à 3.

Pour la section 4, un cycle master de 120 crédits sera à suivre après un bachelier disciplinaire (180 crédits), soit un cycle de formation de 300 crédits.

La section 5 comptera 60 crédits.

Grades académiques.

Ces études seront sanctionnées par un nouveau grade académique : le master en enseignement, complété par la section visée. Pour les sections 3 et 4, le grade sera complété par la discipline ou famille de disciplines.

Exemples :

Master en enseignement, section 1

Master en enseignement, section 2

Master en enseignement, section 3, sciences

Master en enseignement, section 4, physique

Des masters de spécialisation pour les sections 1, 2 et les sections 3, 4 et 5 seront organisés.

La formation des formateurs sera aussi réformée avec la création d’un master de spécialisation en formation d’enseignants et d’un certificat en encadrement de stages.

Toutes les formations organisées dans le cadre du Décret se feront dans le cadre d’une codiplômation. Selon les cursus, la codiplômation réunit plusieurs types d’opérateurs de formation, parmi lesquels une/plusieurs Universités (U), une ou plusieurs Hautes Ecoles (HE) et le cas échéant un ou plusieurs Etablissements d’enseignement Supérieur Artistique (ESA).

Pour tous les cursus un de ces opérateurs est l’établissement référent, qui doit codiplômer avec un ou d’autres types d’opérateurs.

Ainsi, si l’établissement référent est une Université, il ne peut pas codiplômer avec une autre Université mais doit s’associer avec une/des Hautes Ecoles et/ou une/des ESA, selon le cursus.

Dans le cadre de la codiplômation, l’établissement référent est chargé de la centralisation de la gestion administrative et académique du programme et des étudiants.

Les établissements non référents peuvent être plusieurs pour les différents types d’opérateurs.

Le Décret prévoit la répartition des crédits à assurer entre l’établissement référent et les partenaires pour toutes les formations.

Nos partenaires :

Le décret s’inscrit dans une logique de recouvrement (tuilage) entre sections de formation de manière à ce que, aux moments de transition, des enseignants issus de deux sections adjacentes puissent exercer.

La formation directe à l’enseignement comporte les quatre sections suivantes :

Section 1 : formera, en un cursus de 240 crédits, des futurs enseignants destinés à enseigner de l’entrée dans l’enseignement maternel jusqu’à la fin de la deuxième primaire ;

Section 2 : formera, en un cursus de 240 crédits, des futurs enseignants destinés à enseigner de la troisième maternelle à la sixième primaire ;

Section 3 : formera, en un cursus de 240 crédits, des futurs enseignants destinés à enseigner de la cinquième primaire à la troisième année de l’enseignement secondaire ;

Section 4 : formera, en un cursus de 120 crédits (à l’issue d’un bachelier disciplinaire 180 crédits), des futurs enseignants destinés à enseigner de la quatrième à la sixième année de l’enseignement secondaire

Le master en enseignement section 5 est la voie de formation indirecte à l’enseignement (60 crédits).

L’Agrégation de l’Enseignement Secondaire Supérieur (AESS) était jusqu’à présent le titre pédagogique à obtenir pour toute personne titulaire d’un master non pédagogique désirant devenir enseignant dans le secondaire supérieur (30 crédits).

Le master en enseignement section 5 remplacera l’actuelle AESS. Il sera organisé dans le cadre de la codiplômation.

Ce Master en enseignement section 5 (60 crédits) préparera à enseigner de la quatrième à la sixième année de l’enseignement secondaire (à l’issue d’un master disciplinaire 120 ou 60 crédits).

Le grade académique délivré au terme de cette formation différée sera celui de Master en enseignement section 5, complété par la discipline à laquelle la formation a préparé à enseigner, correspondant au niveau 7 du cadre francophone des certifications. Une deuxième discipline, apparentée à la première, peut être mentionnée sur le diplôme délivré au terme du cursus.

Les disciplines pour la section 5 sont les mêmes que celles du master en enseignement section 4.

Le master en enseignement section 5 vise à faire acquérir les compétences relevant des composantes didactique, pédagogique, communicationnelle et sociale à de futurs enseignants qui ont acquis les compétences relevant de la composante disciplinaire de leur formation, cette composante disciplinaire ayant été sanctionnée par un grade de master.

Complémentairement aux autres conditions d’accès prévues par le décret Paysage, ont accès aux études en vue du grade de master en enseignement section 5 les étudiants qui sont titulaires d’un master qui correspond à la composante disciplinaire d’au moins une spécificité de la fonction de professeur au degré supérieur de l’enseignement secondaire. Les établissements habilités à organiser cette formation peuvent en outre fixer des conditions d’accès complémentaires.

Cas concret (parcours « classiques ») :

Une personne qui souhaitera enseigner les mathématiques dans le secondaire supérieur (section 4) devra suivre :

  • soit un Master en enseignement section 4 (120 crédits) à l’issue d’une bachelier disciplinaire (180 crédits) ;
  • soit un Master en sciences mathématiques (bachelier 180 crédits et master 120 crédits) à l’Université, complété par un Master en enseignement section 5 (60 crédits).

Dans les 2 cas, la personne pourra enseigner de la 4ème à la 6ème année de l’enseignement secondaire.

Si elle souhaite enseigner de la 3ème à la 6ème année de l’enseignement secondaire, elle devra suivre un master de spécialisation à l’issue de son master

Il s’agit d’une cinquième année facultative.

Deux masters de spécialisation en enseignement sont organisés :

  • un pour ce qui concerne les sections 1 et 2
  • un pour ce qui concerne les sections 3, 4 et 5.

La formation dispensée dans ce cadre totalisera 60 crédits. Elle permettra de poursuivre et approfondir le développement des compétences entamé au cours de la formation initiale de l’enseignant.

Les grades académiques délivrés au terme de cette formation sont :

1° master de spécialisation en Enseignement sections 1 et 2;

2° master de spécialisation en Enseignement sections 3, 4 et 5.

Le master de spécialisation prépare les enseignants titulaires d’un master en enseignement section 4 ou d’un master en enseignement section 5 à enseigner une des disciplines définies dans le master obtenu, de la troisième à la sixième année de l’enseignement secondaire.

Ont accès au master de spécialisation en enseignement sections 1 et 2, ou sections 3, 4 5 les candidats disposant d’une ancienneté de service de 5 ans au moins dans une école organisée ou subventionnée par la Communauté française, pour au moins la moitié du nombre de périodes requis pour la fonction à prestations complètes.

Le décret prévoit un renforcement de la formation des formateurs d’enseignants via la création d’un Master de spécialisation en formation d’enseignants, qui comprendra 60 crédits.

Ce master de spécialisation en formation d’enseignants est organisé dans le cadre de la codiplômation.

Les établissements d’enseignement supérieur peuvent organiser une partie des activités menant à l’obtention du master de spécialisation en formation d’enseignants en horaire décalé.

 Cette formation remplacera le Certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’Enseignement supérieur (CAPAES) pour les enseignants des Hautes Ecoles (catégorie pédagogique) qui aborderont les matières liées à la didactique, à la pédagogie et à la formation à et par la pratique. Le CAPAES, dans son organisation actuelle, sera donc maintenu pour les enseignants des HE (autres catégories) et des HE (catégorie pédagogique) qui n’aborderont pas ces matières.

Le master de spécialisation en formation d’enseignants doit être obtenu dans les six ans à dater de la première désignation dans une fonction pour laquelle ce master est exigé. Au-delà de cette période, le membre du personnel ne peut plus être désigné dans cette même fonction ou dans une fonction soumise aux mêmes exigences.

Ont seuls accès au master de spécialisation en formation d’enseignants les étudiants qui sont titulaires:

  1. soit d’un master en sciences de l’éducation ;
  2. soit d’un master de spécialisation en Enseignement, soit d’un master en enseignement section 4 ;
  3. soit d’un master qui correspond à un des titres requis correspondant à un des cours à conférer tel que définis à l’annexe 2 du décret du 8 février 1999 relatif aux fonctions et titres des membres du personnel enseignant des Hautes Ecoles organisées ou subventionnées par la Communauté française, ledit cours faisant partie du programme de la formation initiale directe ou différée à l’enseignement telle que définie dans le présent décret. Ce master étant complété par le grade académique de master en enseignement section 5.
  4. soit, pour les membres du personnel se destinant à prendre en charge, dans les Ecoles supérieures des Arts, l’enseignement de la didactique d’un ou plusieurs cours artistiques, une reconnaissance d’expérience utile et de notoriété selon les modalités définies à l’article 82, § 2, du décret du 20 décembre 2001 fixant les règles spécifiques à l’Enseignement supérieur artistique organisé en Ecoles supérieures des Arts (organisation, financement, encadrement, statut des personnels, droits et devoirs des étudiants).

Le titulaire d’un doctorat en sciences psychologiques et de l’éducation ou d’un doctorat dans le domaine «Enseignement» ou d’un doctorat à visée didactique dans un autre domaine d’études est dispensé du master de spécialisation en formation d’enseignants et est réputé titulaire du Certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’Enseignement supérieur de promotion sociale défini par le décret du 17 juillet 2002. Le Gouvernement arrête les modalités selon lesquelles l’effectivité de la visée didactique d’un doctorat relevant d’un autre domaine d’études que les sciences psychologiques et de l’éducation ou de l’enseignement est reconnue.

Le détenteur du Master de spécialisation en formation d’enseignants sera réputé titulaire du CAPAES en Hautes Ecoles et dans l’Enseignement supérieur de Promotion sociale défini par le décret du 17 juillet 2002.

Contrairement au CAPAES, l’accès au Master de spécialisation en formation d’enseignants n’est pas conditionné par une fonction exercée en Haute Ecole. Pourront donc notamment y accéder les titulaires d’un Master en sciences de l’éducation, d’un Master de spécialisation en enseignement, d’un Master en enseignement section 4.

A ce stade, la mise en œuvre de la Réforme de la Formation initiale des Enseignants est prévue comme suit :