Enseignement Futur étudiant Non classé

Une officine de pharmacie et un cabinet médical « plus vrais que nature » pour les futurs pharmaciens et médecins

Publié le 19 mars 2021
Rédigé par DCOM
Près de 200.000 euros viennent d'être investis dans cet outil pédagogique innovant qui permet un apprentissage interactif via le jeu de rôle.

La Faculté de Médecine et de Pharmacie de l’UMONS se dote d’un « learning lab » doté d’une pharmacie et d’un cabinet médical virtuels afin d’inculquer de la manière la plus réaliste à ses étudiant.e.s les bonnes pratiques qu’ils/elles seront amené.e.s à poser dans leur futur métier.

Depuis cette année académique, les étudiant.e.s et les enseignant.e.s de la Faculté de Médecine et de Pharmacie (qui offre également une formation en sciences biomédicales) recourent donc à cet espace entièrement dédié à l’apprentissage par simulation.

Ce learning lab est composé de 2 sous-espaces : une officine et un cabinet médical « virtuels » qui permettent et facilitent l’apprentissage actif et interactif des pratiques médicales et pharmaceutiques par simulation et jeu de rôle.

L’officine (ici) et le cabinet médical sont plus vrais que nature.

Au total, 185.000 euros ont été investis par l’UMONS dans ce projet ambitieux. Ce coût comprend les travaux réalisés au sein du bâtiment (des locaux ont dû être transformés et les espaces repensés), le mobilier ainsi que le matériel audio-visuel et technologique de pointe. Et ce, sans compter l’engagement pour l’officine de 2 Equivalents Temps Plein (une chargée de cours et un assistant) qui complètent l’équipe de 3 enseignants de médecine qui collaborent au projet.

Le Doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie (à gauche) et le Recteur lors de la pérsentation du learning lab.

Ce tout nouveau learning lab est un dispositif d’apprentissage qui nous permet de placer les étudiant.e.s futur.e.s Pharmacien(ne)s de Master et ceux de Bachelier en Médecine dans une situation qui ressemble en tous points à ce qu’ils vont rencontrer dans leur prochaine vie professionnelle », explique le Recteur Philippe Dubois.

« Le but de l’utilisation des jeux de rôle est de permettre à l’étudiant d’exercer la communication vers le patient (savoir-être) mais également d’appliquer dans un contexte proche de la réalité les bonnes pratiques officinales ou médicales (savoir-faire), précise pour sa part le Doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, le Prof. Alexandre Legrand. Le principe repose sur la recherche de solutions par les étudiants face à un problème contextualisé (le cas clinique). Ensuite les étudiants vont mettre en œuvre les solutions qu’ils ont trouvées et donc tester leur pertinence. Ces exercices vont leur permettre l’acquisition de nouvelles compétences. La contextualisation de l’apprentissage va permettre ensuite à l’étudiant de mobiliser plus facilement ses nouvelles connaissances dans une sphère non didactique (en situation réelle) ».

Différents scénarios/cas pratiques sont proposés/soumis aux participant.e.s dans ces espaces pédagogiques en fonction des objectifs poursuivis qui sont, entre autres :

  • Améliorer les conditions d’apprentissage des étudiant.e.s ;
  • Augmenter la motivation des étudiant.e.s en leur proposant des innovations pédagogiques ;
  • Permettre aux enseignant.e.s de s’engager dans de nouvelles pratiques pédagogiques ;
  • Mieux préparer les étudiant.e.s pour la suite de leur cursus ;
  • Mieux préparer les étudiant.e.s à leur pratique de terrain (stage) et à leur futur métier, notamment via des jeux de rôles (entretien anamnestique, examen clinique du patient, accueil comptoir, validation d’ordonnance, etc.) ;
  • Suivre la mouvance de l’évolution du métier de médecin (consultation à distance, etc.) et de pharmacien/ne (entretien BUM patient/pharmacien, etc.) ;
  • Assurer la formation continue des médecins et des pharmaciens/nes grâce à des partenariats ;
  • Assurer la formation d’étudiant.e.s d’autres facultés (Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education par exemple), qui monitorent les exercices de simulation et assurent un retour à leurs condisciples pharmaciens/nes et médecins.

Les locaux ont été pensés pour pouvoir être modulables en fonction des besoins exprimés par les enseignant.e.s et de leurs objectifs pédagogiques.

L’exercice pratique est filmé en direct et diffusé dans une salle voisine. Les étudiants et les enseignants débriefent ensuite.

Des séances d’apprentissage réunissant les étudiant.e.s médecins et pharmaciens seront organisées pour favoriser la pluridisciplinarité et les échanges entre ces deux filières.

C’est l’un des énormes avantages de cette plate-forme : bénéficier, dans un même lieu, de deux outils pédagogiques favorisant ainsi les activités pluridisciplinaires.

Sur cette même plateforme, on trouve en effet :

  • – Une officine pharmaceutique
  • – Un cabinet médical
  • – Une régie
  • – Et deux salles connectées aux espaces de simulation et modulables

Les locaux ont été pensés pour accueillir chacun jusqu’à 10 étudiants. Un autre local, plus vaste, a également été aménagé de manière à pouvoir accueillir 30 étudiants. Et cette capacité peut être encore augmentée grâce à un local annexe permettant alors d’atteindre une capacité d’accueil totale de 42 étudiants.

Un système audio-visuel de pointe ayant nécessité à lui seul un budget de 70.000 euros, permet de retransmettre en direct les images et le son provenant de l’officine ou du cabinet médical dans les salles modulables sur de grands écrans ; l’idée étant de débriefer quasi en direct l’exercice pratique. Tout ce système audio-visuel est piloté depuis une régie.

Le cabinet médical pédagogique est conçu comme un bureau de consultation avec table d’examen et le patient est incarné par un.e étudiant.e ou par le mannequin de simulation auscultatoire « Harvey ». La consultation s’effectue donc sous forme de jeu de rôle analysé et critiqué par les autres étudiant.e.s et l’enseignant.e se trouvant dans une autre salle.

L’officine pédagogique a été imaginée pour approcher au plus près la réalité d’ une vraie officine dont tout le mobilier nécessaire et de vraies boîtes de médicaments pour permettre le jeu de rôle selon le même principe que pour le cabinet de consultation. Elle simule au mieux l’agencement d’une officine avec ses deux comptoirs mobiles, ses médicaments de toutes les classes thérapeutiques, son espace destiné à la réalisation de préparations magistrales, une zone dite de confidentialité, un système de gestion informatique identique à ceux présents en officine ouverte au public… Ils sont par conséquent formés aux conditions réelles de l’exercice professionnel.

Plus d’infos sur cet équipement : stephanie.patris@umons.ac.be (pour l’officine) – alexandre.legrand@umons.ac.be (pour le cabinet médical)

Plus d’infos sur les études au sein de la Faculté de Médecine et de Pharmacie sur cette page .