Master de spécialisation en

Conservation et restauration du patrimoine culturel immobilier coorganisation avec la FAU

  • Horaire
    Horaire de jour
  • Crédits ECTS
    120
  • Langue
    Français
  • Lieu
    Centre des Métiers du Patrimoine (Paix-Dieu), Université de Mons, Université catholique de Louvain, Université de Namur, Université de Liège, Université libre de Bruxelles, Haute Ecole Charlemagne.

Description

Le master de spécialisation vise à développer les capacités de réflexion et de conceptualisation préalables aux interventions sur l’ensemble du patrimoine architectural, urbain, rural ou paysager. Il prend également en compte l’analyse sociologique et prospective du patrimoine, tant dans les aspects culturels qu’économiques de la conservation intégrée.

Pour atteindre ces objectifs les cinq universités partenaires (UCLouvain, ULB, ULiège, UMONS, UNamur) et la Haute École Charlemagne se sont réunies ensemble, elles ont créé une nouvelle formation grâce à l’impulsion de l’Institut du Patrimoine wallon (Centre des métiers du patrimoine « la Paix-Dieu ») intégré depuis 2018 à l’Agence wallonne du Patrimoine (AwaP).

L’enseignement est assuré par une équipe de spécialistes issus des cinq universités partenaires. Des experts extérieurs, praticiens de haut niveau, feront également profiter les étudiants de leur savoir-faire en intervenant comme conférenciers dans certaines unités d’enseignement.

Objectifs de la formation :

La sauvegarde du patrimoine s’inscrit à la fois dans la philosophie de « conservation intégrée » prônée par le Conseil de l’Europe et dans une politique de développement durable impliquant les reconversions économique, sociale et culturelle indispensables à la survie de ce patrimoine. Réhabiliter le bâti ancien, lui rendre une valeur d’usage et le restaurer imposent aussi de prendre en compte l’environnement, d’utiliser des techniques et des matériaux traditionnels ou de leur substituer des techniques nouvelles éprouvées et adéquates.  Le master de spécialisation inter-universitaire vise à développer les capacités de réflexion et de conceptualisation préalables aux interventions sur l’ensemble du patrimoine architectural, urbain, rural ou paysager. Il prend également en compte l’analyse sociologique et prospective du patrimoine, tant dans les aspects culturels qu’économiques de la conservation intégrée.

Téléchargez la brochure

Conditions d'accès

L’accès aux études de masters de spécialisation est réglé par l’article 112 du décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études, ainsi que par les arrêtés d’exécution pris en application de ce décret.

Aux conditions générales fixées par les autorités académiques, ont accès aux études de master de spécialisation les étudiants qui satisfont aux conditions d’accès prévues à l’article 111 et sont porteurs d’un titre, diplôme, grade ou certificat de deuxième cycle, en Communauté française ou extérieur à celle-ci, ou ont acquis des compétences valorisées par le jury pour au moins 300 crédits.

Conditions spécifiques d’admission :

Diplômes requis pour bénéficier d’un accès direct au Master : grade académique d’architecte, de master en ingénieur civil architecte, de master en ingénieur civil des constructions, de master en histoire de l’art et archéologie (toutes orientations).

Possibilité d’admission sur dossier.

Public cible

  • Ingénieur civil architecte,
  • Architecte et architecte paysagiste,
  • Ingénieur civil des constructions,
  • Historien de l’art,
  • Archéologue.

Informations supplémentaires

Contactez-nous pour obtenir de plus amples informations

Laurent Debailleux (FPMS) – 065/374502

Jérémy Cenci (FAU)

Anne-Françoise Barthélemy (AWaP, l’Agence wallonne du Patrimoine)

Programme et structure

Le cursus comprend sept Unités d’enseignement réparties en deux années d’étude. L’interdisciplinarité et la pluridisciplinarité constituent les paramètres essentiels de la formation.

Le master de spécialisation inter-universitaire est le seul, en Fédération Wallonie-Bruxelles, à couvrir globalement le champ de la conservation restauration du patrimoine culturel immobilier et de ses spécificités. L’intégration des savoirs disponibles au sein de toutes les institutions universitaires, d’une part, et des compétences de spécialistes de disciplines particulières, d’autre part, permet de faire de cette formation un pôle d’excellence.  Le programme comporte deux années d’études (120 crédits).  L’étudiant peut être autorisé à répartir une année d’études sur deux années académiques consécutives.

Les modules :

  1. Définitions, notions et spécificités du patrimoine culturel immobilier (15 crédits)
    1. La signification et les approches différentiées du patrimoine culturel immobilier (1 cr.)
    2. Émergence et évolution de la notion de conservation et des concepts de restauration (1cr.)
    3. Acteurs : institutions, organismes nationaux et internationaux, prescriptions et réglementation (1 cr.)
    4. Conservation intégrée (3 cr.)
    5. Les aspects économiques du patrimoine (2 cr.)
    6. Vocabulaire et typologies du patrimoine immobilier (7 cr.)
  2. Le projet de conservation-restauration (26 crédits)
    1. Méthodologie et master-plan (17 cr.)
      1. Méthodologie et finalité des études préalables (3 cr.)
        Sources documentaires et méthodologie de recherche
      2. Études archéologiques des bâtiments (6 cr.)
        Archéologie du bâti et du sous-sol. Méthodologie. Notions et techniques de base (relevés, topographie, analyse)
      3. Du relevé au master-plan (8 cr.)
    2. Dossier de restauration et suivi de chantier (9 cr.)
      1. Établissement du dossier de restauration : plans, métrés et cahiers des charges (4 cr.)
      2. Aspects législatifs et procédures administratives (3 cr.)
      3. Suivi de chantier (2 cr.)
  3. Diagnostics et matériaux (18 crédits)
    1. Études sanitaires : pathologies et diagnostics (2 cr.)
    2. Matériaux et techniques traditionnels des gros-oeuvre et second-oeuvre (16 cr.)
  4. Fonctionnement des structures et équipements techniques des bâtiments (11 crédits)
    1. Fonctionnement des structures (mécanique des structures et stabilité des ouvrages) (5 cr.)
    2. Histoire des équipements techniques et intégration contemporaine du confort (3 cr.)
      Confort thermique, PEB, isolation, chauffage
    3. Histoire des équipements techniques et intégration contemporaine du confort (3 cr.)
      Eclairage, équipements électriques, confort sanitaire, mobilité, prévention incendie
  5. Parcs et jardins historiques, vestiges archéologiques et biens ruinés (7 crédits)
    1. Les vestiges archéologiques et les biens ruinés (2 cr.)
    2. Histoire, gestion et conservation des parcs et jardins historiques (5 cr.)
  6. Séminaires, conférences, exercices pratiques, voyage et visites, stage (13 crédits)
    1. Exercices pratiques/séminaires (5 cr.)
    2. Stages (6 cr.)
    3. Voyage (2 cr.)
  7. Travail de fin d’études (30 crédits)
    1. Séminaire du travail de fin d’études (2 cr.)
    2. Travail de fin d’études (28 cr.)

Répartition des crédits

  • Définitions, notions et spécificités du patrimoine culturel immobilier
  • Le projet de conservation-restauration : Méthodologie et master plan / Dossier de restauration et suivi de chantier
  • Diagnostics et matériaux : Études sanitaires : pathologies et diagnostics / Matériaux et techniques traditionnels des gros-œuvre et second-œuvre
  • Fonctionnement des structures et équipements techniques des bâtiments
  • Parcs et jardins historiques, vestiges archéologiques et biens ruinés
  • Séminaire, conférences, exercices pratiques, voyage et visites, stage
  • Travail de fin d’étude

Acquis d'apprentissage

COMPÉTENCES ET ACQUIS AU TERME DE LA FORMATION

La sauvegarde du patrimoine s’inscrit à la fois dans la philosophie de « conservation intégrée » prônée par le Conseil de l’Europe et dans une politique de développement durable impliquant les reconversions économique, sociale et culturelle indispensables à la survie de ce patrimoine. Réhabiliter le bâti ancien, lui rendre une valeur d’usage liée à son époque et le restaurer imposent aussi de prendre en compte l’environnement, d’utiliser des techniques et des matériaux traditionnels ou de leur substituer des techniques nouvelles éprouvées et adéquates.

Le master de spécialisation vise à développer les capacités de réflexion et de conceptualisation préalables aux interventions sur l’ensemble du patrimoine architectural, urbain, rural ou paysager. Il prend également en compte l’analyse sociologique et prospective du patrimoine, tant dans les aspects culturels qu’économiques de la conservation intégrée.

Au terme de ce programme, le diplômé est capable de :

  1. Poser le socle de connaissances communes et pluridisciplinaires requis
  2. Situer la problématique spécifique de la conservation-restauration
  3. Acquisition de la méthode d'analyse, de documentation, d'interprétation
  4. Développer la capacité de réaliser un dossier de restauration critique et respectueux du monument, argumenté avec pertinence et conforme aux procédures
  5. Développer la capacité d'établir une cartographie des pathologies, de s'entourer des expertises adéquates, de proposer des techniques de restauration pertinentes
  6. Développer la capacité d'identifier la structure et les équipements anciens, d'établir une stratégie respectueuse du monument pour la conservation-restauration des structures et de l'intégration des équipements
  7. Développer la capacité d'appréhender les spécificités monumentales et végétales des parcs et jardins historiques, et de définir les études, les inventaires et les diagnostics spécifiques nécessaires
  8. Comprendre les spécificités de la recherche et de la conservation préventive sur un chantier archéologique et les conditions de mise en place et de succès d'un processus décisionnel, visant la conservation des vestiges ruinés
  9. Développer la capacité d'adopter une attitude critique argumentée vis-à-vis d'interventions, de la philosophie et des méthodologies développées, de leur exécution, du rôle réel des intervenants
  10. Développer la capacité d'organiser et de maîtriser la succession des opérations nécessaires pour mener à bien une conservation-restauration intégré d'un bien patrimonial
  11. Développer la capacité de formaliser une question de conservation-restauration du patrimoine, de structurer et synthétiser sa réponse, de la communiquer oralement, graphiquement et par écrit.

À propos de cette formation

Secteur
Sciences et techniques
Domaine
Sciences de l’ingénieur et technologie
Codiplômation/coorganisation
FAU - Faculté d'Architecture et d'Urbanisme
Droits d'inscription
UCLouvain 385 € par an
Institution référente
UCLouvain
Institutions partenaires
UCLouvain, ULB, ULiège, UMONS, UNamur