Enseignement Prix, bourses et distinctions Recherche

Marie Bocquillon, lauréate du Prix Philippe Maystadt de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur

Publié le 3 mars 2021
Rédigé par DCOM
Ce travail vise évaluer et à améliorer le dispositif de formation pratique des futurs enseignants du secondaire supérieur, organisé par l’Institut d’Administration scolaire (Inas) de l’Université de Mons.

Ce vendredi 26 février 2021, Marie Bocquillon a reçu le Prix Philippe Maystadt pour l’enseignement de demain pour sa thèse de doctorat intitulée « Quel dispositif pour la formation initiale des enseignants ? Pour une observation outillée des gestes professionnels en référence au modèle de l’enseignement explicite ».

Photo: A. Delsoir

Ce prix lui a été remis par la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mme Valérie Glatigny, en présence de l’administrateur de l’ARES, Laurent Despy, et de la présidente du jury, Françoise Tulkens (ancienne juge et vice-présidente de la Cour européenne des droits de l’homme).

Décerné par l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES), en partenariat avec le journal « Le Soir », le prix Philippe Maystadt récompense les meilleurs travaux de fin d’études, de bachelier, de master et de doctorat, qui couvrent les différentes dimensions de l’enseignement, avec un focus particulier sur l’enseignement supérieur, selon une approche prospective ou innovante susceptible d’offrir des retombées pour l’enseignement en général, qui soient potentiellement transposables à l’échelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Marie Bocquillon

Parmi les 48 candidatures dans les trois catégories, le travail de Marie Bocquillon a reçu le prix « Doc ». La thèse récompensée vise à évaluer et à améliorer le dispositif de formation pratique des futurs enseignants du secondaire supérieur, organisé par l’Institut d’Administration scolaire (Inas) de l’Université de Mons.

Les membres du jury ont apprécié la proposition de solutions concrètes à certaines difficultés réelles rencontrées par les enseignant·es sur le terrain et qui font qu’ils/elles sont environ 35% à quitter le métier endéans leurs cinq premières années de carrière.

Pour lutter contre ce phénomène, Marie Bocquillon propose ainsi la création d’un outil d’observation constitué d’une grille insérée dans un logiciel d’observation pouvant être utilisé en direct dans les écoles et permettant aux futurs enseignants d’obtenir des informations les plus objectives possible au sujet de leurs pratiques d’enseignement.

Cette grille d’observation a été créée à partir de la littérature sur l’enseignement explicite, une approche pédagogique dont l’efficacité sur l’apprentissage du plus grand nombre d’élèves a été démontrée par des recherches menées en salles de classe.

Ses conclusions présentent plusieurs exemples d’activités de formation à mettre en place pour améliorer la formation initiale des enseignants et, in fine, la qualité de l’enseignement.

L’article publié sur le site de l’ARES via ce lien vous donnera plus de détails:  https://www.ares-ac.be/fr/actualites/752-remise-du-prix-philippe-maystadt-edition-2019-2020

Le résumé de la thèse de Marie Bocquillon peut être consulté ici: https://www.ares-ac.be/images/prix-phm/2019-2020/PPhM-Resume-These.pdf

Et pour l’intégralité de sa thèse, c’est là: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02929814

Enfin, vous pouvez également visionner la vidéo de sa soutenance publique de thèse : https://www.youtube.com/watch?v=efscO9pM8oM