FAQ

L’Architecture est une discipline à la croisée des sciences exactes, des sciences humaines, des techniques de construction et des arts. Cet équilibre entre les sciences exactes (Mathématique, Physique, Mécanique des structures, …), les sciences humaines, et la pratique artistique confère à nos jeunes diplômés des capacités d’adaptation et une polyvalence professionnelle. Cette formation par la « sublimation » de la créativité induit un esprit entrepreneurial recherché dans le monde professionnel.

Seules les formations d’architecte et d’ingénieur civil architecte permettent l’exercice de la profession d’architecte telle que définie et protégée par la loi de 1939 (à l’issue d’un stage de deux ans en milieu professionnel). Ces 2 formations sont organisées en 2 cycles.

La formation « Architecte » est une formation axée sur le projet d’architecture autour duquel s’articulent les disciplines scientifiques, technologiques et constructives, les disciplines liées aux sciences humaines et les disciplines liées aux techniques de représentation. La formation permet au futur architecte d’exercer autant dans la construction neuve, l’urbanisme que sur le marché en pleine expansion de la rénovation, réaffectation ou reconversion. D’année en année, les débouchés de la profession se multiplient pour répondre aux besoins croissants de notre société de trouver des solutions coordonnées et globales.

La formation « Ingénieur Civil Architecte » est basée sur une solide formation scientifique. Un examen d’entrée y est organisé. Un ingénieur civil est à la fois un scientifique, un technicien, mais aussi un architecte, sensible aux considérations esthétiques, artistiques et humaines. L’Ingénieur Civil Architecte s’impliquera activement aussi bien dans des grands projets de construction que dans des projets d’habitations classiques.

La formation « Architecte d’Intérieur » prépare les étudiants à une activité professionnelle qui se situe à la fois dans le champ d’action de l’architecture, par la création d’architectures intérieures, de micro architectures et d’aménagements d’espaces, et dans celui du design par la création de meubles et d’objets habitant de tels espaces dans un projet de société et d’environnement existants en mutation ou imaginaires.

Le cours « Mathématiques Appliquées » en 1er bloc de Bachelier consiste en une révision du programme habituellement proposé aux élèves de secondaire bénéficiant de 4 heures de mathématiques par semaine (trigonométrie, calcul vectoriel, calcul différentiel et intégral). Il est donc accessible aux étudiants n’ayant pas suivi un cursus « math fortes ». Le contenu du cours pour les deux unités d’enseignement du 1er bloc  se compose essentiellement de :

  • Prérequis: manipulations de nombres (fractions, exposants, …)
  • Trigonométrie: Fonctions trigonométriques (sinus, cosinus, tangente), triangles rectangles et quelconques
  • Calcul vectoriel: vecteurs dans le plan et dans l’espace, produit scalaire et vectoriel, application aux équations de droites dans le plan
  • Equations du second degré et paraboles : résolutions d’équations du second degré, équation d’une parabole dans le plan, problèmes d’optimisation du second ordre
  • Calcul différentiel: notion de dérivée d’une fonction, règles de dérivations usuelles et problèmes d’optimisation
  • Calcul intégral: notion de primitives d’une fonction, règles d’intégration usuelles et calcul d’aire
  • Introduction aux intégrales doubles

Concernant le cours de « Mathématiques Appliquées », il est recommandé de pouvoir manipuler des objets mathématiques de base comme les fractions ou les exposants (entiers et fractionnaires). Il est par ailleurs souhaitable d’avoir une certaine familiarité avec le calcul vectoriel (produit scalaire-vectoriel) et l’analyse fonctionnelle (dérivation-intégration).

Le programme de physique de 2h/semaine dans le secondaire est idéal, cependant toutes les notions nécessaires sont revues. Pour géométrie descriptive, pas de prérequis souhaité à part les notions vues dans le secondaire.

Les étudiants viennent de différents horizons et ne sont pas tous issus d’un enseignement artistique. Les activités d’apprentissage « Moyens d’expression graphique » et « Recherches artistiques » permettent aux débutants de se familiariser avec les techniques de dessin, de rendu et de composition adaptés au domaine architectural. Ces AA ne requièrent pas de prérequis spécifiques mais de l’intérêt pour la discipline ou une expérience préalable sont des atouts indéniables. Pour certains étudiants, les résultats attendus évolueront plus rapidement que pour d’autres mais le travail et la régularité sont indéniablement des moyens sûrs de progression.

La formation s’articule autour de l’atelier de conception architecturale et urbanistique. L’atelier est un lieu d’apprentissage de la conception architecturale par la pratique du projet. C’est un lieu d’échanges entre les enseignants et les étudiants mais aussi entre les étudiants eux-mêmes. Il questionne et met en œuvre les connaissances théoriques acquises dans les cours généraux conçus pour soutenir la démarche de projétation. Au cours de chaque bloc, l’étudiant réalise des projets qu’il devra défendre devant un jury d’architectes et d’experts en architecture, urbanisme, sociologie, …Ce travail pratique l’amène à appliquer les principes théoriques des différentes activités d’apprentissage et de les confronter à la réalité du terrain. L’étudiant développe un esprit d’analyse et de conception mais surtout sa créativité, nécessaire dans son futur métier d’architecte. Les cours d’expression graphique et numériques privilégient également les exercices pratiques.

La pratique de la discipline architecturale repose sur des moyens d’expression spécifiques comme, par exemple, le dessin, la géométrie ou l’infographie. Le dessin occupe une place centrale dans la formation en architecture. Il constitue la première technique de représentation graphique. Il sert également d’instrument d’analyse ou de communication lors de présentation de projet. À côté du dessin, les étudiants bénéficient d’une solide formation en infographie. Celle-ci permet aux étudiants de dessiner un projet dans son entièreté. Elle permet également de maîtriser la mise en page, le traitement et l’impression de l’image numérique, moyens d’expression essentiels dans la pratique architecturale actuelle. Le dessin d’observation, l’aquarelle ou la photographie viennent, tout le long du cursus, compléter la formation de l’étudiant en architecture. Elles lui permettent non seulement d’aiguiser son sens créatif, mais également d’approfondir sa perception et sa compréhension des œuvres architecturales.

La maquette physique et la maquette numérique constituent également des outils de composition et de représentation de l’architecture. La formation intègre donc la sensibilisation et la formation aux outils de modélisation et prototypage de l’objet architectural.

 

Les principaux postes de dépenses sont les syllabi, les impressions des plans, les matériaux pour les maquettes et le matériel artistique (une liste du matériel est fournie par certains professeurs). Le montant de ces dépenses peut varier en fonction des projets et s’élever jusqu’à 500€ par année.

En ce qui concerne l’investissement en matériel informatique :

  • En première année et en début de deuxième de bachelier, un ordinateur familial peut parfaitement correspondre aux besoins d’un étudiant. En effet, des ordinateurs sont mis à disposition dans les laboratoires informatiques de la Faculté avec une possibilité d’accès libre en dehors des heures de cours.
  • En deuxième année de bachelier un investissement allant de +/- 1300 à 1500 € dans un ordinateur portable avec carte graphique s’avère préférable, ceci afin de travailler sur des outils de représentation et de modélisation architecturale numériques adaptés à la formation.

Les logiciels sont entièrement gratuits.

Dans le cadre du cours de photographie, des appareils photos sont mis à disposition. Libre à l’étudiant d’en acheter un s’il le souhaite.

Dans tous les cas, il est vivement conseillé, au préalable, de prendre contact avec les enseignants qui guideront les étudiants dans leurs achats.

Tout au long du cursus certains voyages peuvent être organisés générant des dépenses supplémentaires.

Le diplôme de Bachelier en Architecture n’a pas pour objet de préparer à une activité professionnelle. Il conduit à la formation de Master en Architecture. Cependant, certains étudiants interrompent leurs études à ce niveau et trouvent généralement un poste d’employé dans un bureau d’architecte ou bureau d’études, dans le secteur immobilier ou de la construction. Ils pourront donc, à défaut de posséder un diplôme, faire état de compétences que recherchent généralement les bureaux d’architecture.

Le diplôme de Master en Architecture permet l’exercice de la profession, au terme d’un stage de 2 ans, sous la responsabilité d’un architecte maître de stage, et sous le contrôle de l’Ordre des Architectes. Le Master donne accès à de nombreux métiers. La complexité croissante des processus d’édification, des tâches liées à la construction et des nouveaux enjeux urbanistiques et environnementaux offre aux jeunes diplômés en architecture un large éventail de métiers. Loin d’ouvrir uniquement sur la construction d’édifices urbains et suburbains, la formation débouche, par exemple, sur les métiers de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, de la restauration du patrimoine ou de l’énergie. Ces débouchés concernent autant la construction neuve, l’urbanisme que le marché en pleine expansion de la rénovation, réaffectation ou reconversion. Différentes tonalités marquent ces débouchés : techniques, artistiques et sociales. Les employeurs sont tant privés que publics. Plusieurs de nos anciens diplômés se sont engagés avec succès dans ces différentes orientations professionnelles. Le jeune diplômé peut s’engager dans des Masters de Spécialisation. Il peut également entamer une thèse de Doctorat au sein d’une Université. Les axes de recherche et l’encadrement développés par la Faculté constituent un cadre favorable pour la réalisation de ce travail.

La formation de Master en Architecture proposée à l’UMONS donne pleinement accès à l’exercice de la profession d’Architecte dans tous les pays de l’UE, dans le respect des règles nationales édictées par les ordres professionnels nationaux

Le diplôme de Master en Architecture permet, en effet, l’exercice de la profession d’Architecte, au terme d’un stage de 2 ans, sous la responsabilité d’un architecte maître de stage, et sous le contrôle de l’Ordre des Architecte (accès à la profession libérale protégé).

Il est clair que notre Faculté à taille humaine est un atout favorable. L’enseignement en petits groupes nous permet un meilleur suivi des étudiants par les enseignants. De plus, notre enseignement s’inscrit dans une pratique pédagogique spécifique articulée autour du projet d’architecture et d’urbanisme développé sous forme d’ateliers d’une quinzaine d’étudiants. L’atelier est conçu comme un lieu de réflexion et de créativité dans lequel l’étudiant apprend à utiliser ses connaissances théoriques et pratiques acquises au fil de ses études. Les étudiants sont amenés à intégrer les dimensions artistiques, techniques, sociales, paysagères et culturelles de la discipline de l’architecture. Ce mode d’enseignement, en évaluation continue, favorise autant les collaborations entre étudiants et enseignants que le développement de l’autonomie et de l’esprit critique nécessaires à la réalisation de leurs projets personnels. La Faculté dispose également de compétences spécifiques dans différents domaines :

  • la reconversion et la revitalisation des territoires marqués par des mutations importantes en termes d’activités (friches industrielles, etc.) ;
  • l’étude du patrimoine architectural dans son ancrage régional ;
  • l’étude des métabolismes urbains, l’écologie industrielle et la capacité d’adaptation face aux enjeux environnementaux.

La FA+U propose aux étudiants de développer leurs compétences au travers de nombreuses activités liées aux enseignements telles que des conférences, des séminaires et des workshops. En outre, elle porte une attention toute particulière aux problématiques transfrontalières résultant des processus de globalisation actuels et à venir.

Hormis ses liens avec les autres facultés de l’UMONS, la faculté entretient également des collaborations privilégiées avec différents établissements :

  • en Belgique : l’Ecole Supérieure des Arts de Mons (ARTS2), la section ingénieurs industriels de la Haute Ecole en Hainaut ;
  • en France : l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes (ESAD), l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille, l’Ecole des Ingénieurs de la ville de Paris (EIVP), l’Institut Nationale des Sciences Appliquées (INSA/UPHF), l’Université Polytechnique Hauts-de-France (UPHF), l’Université de Paris-Est, l’Université d’Avignon ou encore l’Université de Lille.

Complémentairement à ces relations privilégiées avec la France, la FA+U a développé des liens solides avec les écoles d’architecture installées à Rabat et Séoul

Oui, l’université est fortement impliquée dans les collaborations universitaires internationales.
L’UMONS favorise et encourage la mobilité des étudiants dans des programmes d’échanges européens comme, par exemple, Socrates-Erasmus mais aussi à l’échelle mondiale via d’autres types d’organismes (ex : Québec via le Crépuq).
Ces programmes leurs permettent d’élargir leur horizon culturel et relationnel et d’améliorer leur connaissance des langues. Les étudiants « outgoing » concernés par ces échanges sont les étudiants inscrits en 3ème bachelier et 1ère master pour une durée de 6 mois ou un an selon les destinations. Notre université accueille environ plus d’une centaine d’étudiants étrangers chaque année. La faculté à titre d’exemple reçoit en moyenne une dizaine d’étudiants venus du monde entier (Europe, Maghreb, Canada, Asie, …).

Voir aussi : https://web.umons.ac.be/fau/fr/meilleur-projet-darchitecture-en-erasmus-pour-julie-rochez/

Informations complètes sur : https://web.umons.ac.be/fr/international/programmes-de-mobilite/

A la suite d’une demande d’équivalence introduite auprès du ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’admission d’un étudiant français s’effectue sans concours et sans limitation du nombre d’inscrit. La formation couronnée par un diplôme européen donne accès à la profession en Union Européenne et à l’HMONP* en France.
*Habilitation à la maîtrise d’œuvre en nom propre.

Informations complètes sur : https://web.umons.ac.be/fr/enseignement/sinscrire/

Mons est une ville d’art et de culture, une ville estudiantine. Mons convient, par sa taille et son patrimoine architectural ancien et contemporain, comme illustration et sujet d’études à l’apprenti architecte. La région aussi, par l’environnement bâti diversifié et le contexte économique et social varié, se prête à de nombreuses thématiques pour les cours de conception architecturale.