Enseignement Recherche

Deux membres de la Faculté de Traduction-EII récompensées par le prestigieux prix de traduction « Lire la Russie » à Moscou

Publié le 19 septembre 2018
Rédigé par VSaintghislain
Anne Godart, enseignante au sein du Département de russe de la FTI=EII, et Nastia Dahuron (30 ans, diplômée traductrice de la même faculté où elle a également été assistante jusqu’en 2015) viennent de remporter à Moscou un prix pour la traduction en français du "Roi Lear des steppes et autres nouvelles", d’Ivan Tourguéniev, paru chez Stock en mars dernier.

Anne Godart, enseignante au sein du Département de russe de la FTI=EII, et Nastia Dahuron (30 ans, diplômée traductrice de la même faculté où elle a également été assistante jusqu’en 2015) viennent de remporter à Moscou un prix pour la traduction en français du « Roi Lear des steppes et autres nouvelles », d’Ivan Tourguéniev, paru chez Stock en mars dernier.

Les deux lauréates, récompensées dans la catégorie « Littérature classique du 19e siècle », ont obtenu le 2e prix, juste derrière une traductrice espagnole, spécialiste de l’œuvre de Tolstoï. Elles ont été invitées trois jours durant à Moscou où elles ont pu prendre part au Congrès International de la Traduction Littéraire qui regroupait 400 participants venus du monde entier.

Le prix «Lire la Russie» (Читай Россию) est décerné à Moscou tous les deux ans aux meilleures traductions d’œuvres de la littérature russe dans différentes langues du monde. Cette distinction prestigieuse fut instituée en 2011 à l’initiative de «l’Institut de la Traduction », une organisation russe non commerciale, sous l’égide de l’Agence fédérale pour la presse et les médias et le Centre Boris Eltsine.

Le prix a pour objectif principal d’encourager la diffusion de la culture et de la littérature russes dans le monde, via les spécialistes de la traduction littéraire et les maisons d’édition (sous forme de subsides permettant de relancer d’autres traductions).

Parmi les membres du jury, on retrouve des grands noms de la traduction, des philologues, différents slavisants spécialistes du monde russophone, ainsi que des hautes personnalités issues des milieux socio-culturels. Le jury 2018 comptait, par exemple, dans ses membres Mme N. Soljénitsyne (veuve du grand écrivain) et Georges Nivat. C’est notamment Mme Soljenitsyne qui remettait les « diplômes ».

Si Mmes Godart et Dahuron se sont ainsi distinguées à Moscou, elles le doivent un peu aussi à leur collègue Olga Gortchanina, spécialiste de Tourgueniev, puisque cette dernière a consacré sa thèse de doctorat à Tourgueniev et a participé à la retraduction de l’ouvrage primé.

Publié en mars à l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Ivan Tourguéniev, ce recueil constitue l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre littéraire de cet illustre écrivain russe. Intitulé « Le Roi Lear des steppes », il comporte quatre nouvelles accompagnées de commentaires : Le Roi Lear des steppes, Faust, Le Dîner ou le Hamlet du district de Chtchigry, Hamlet et Don Quichotte.

« Quand la thèse d’Olga a été défendue à Lille3, la qualité du travail a été remarquée par plusieurs spécialistes du monde de Tourgueniev, notamment par les responsables du Musée Ivan Tourguéniev à Bougival », se remémore Anne Godart. « De fil en aiguille, Olga a fait la connaissance de différentes personnes, lui demandant d’intervenir à des colloques etc. Par la suite, nous avons continué à traduire en français diverses contributions scientifiques de chercheurs russophones. Certains de ces articles ont d’ailleurs bien fait souffrir nos étudiants de Master1 durant les ateliers de traduction, dans l’optique de leur publication dans les actes de colloques spécialisés. Durant l’été 2017, Anne Coldefy-Foucard, célèbre traductrice de Gogol (entre autres) et professeur à la Sorbonne, recherchait des traducteurs pour l’aider à mettre en œuvre la traduction d’une sélection inédite de plusieurs nouvelles de Tourgueniev, à paraître chez Stock à la rentrée 2018. Nous avons été mis en contact … et voilà ! ».

« Le Roi Lear des steppes » est paru chez Stock, bibliothèque cosmopolite.

Plus d’infos ? anne.godart@umons.ac.be